« Au début du cours AVAC, je disais parfois « j’ai entendu dire… ». A la fin de ce cours, je peux dire « j’ai beaucoup appris sur le cancer » avec les professionnels participants, car vivre avec et apprendre ce qu’il occasionne est assez impressionnant. »

A. Genève
Un programme européen d’éducation et de soutien proposé
dans les différentes régions de Suisse

En Europe

europe

Comme déjà mentionné sur ce site, Apprendre à vivre avec le cancer© est né en Suède, en 1992, suite au travail de Gertrud Grahn. Au départ, 4 cours étaient proposés chaque année dans ce pays. Toutefois, devant le succès obtenu, la nécessité de former de nouveaux animateurs s’est vite révélée comme une évidence incontournable pour permettre de diffuser ce programme à travers toute la Suède.

En 1995, c’est aux norvégiens de s’intéresser à ce programme qui fut traduit dans leur langue et proposé dans tout ce pays, grand voisin de la Suède. Ce fut le début d’une importante expansion soutenue par le plan «L’Europe contre le cancer» de l’Union Européenne, par EONS,  la Société Européenne des Infirmières en Oncologie, et par la firme Bristol Myers Squibb.

A ce jour, le programme a été traduit en anglais, en allemand, en français, en espagnol, en hollandais, en islandais, en tchèque et en serbe. Il est proposé en Allemagne, en Autriche, en Finlande, en France, en Grande Bretagne, en Islande, en Irlande, en République Tchèque, en Serbie et Monténégro, en Suisse ainsi qu’au Danemark, en Norvège et en Suède. Des groupes ont également eu lieu en Belgique, en Hollande, en Italie et en Espagne. Enfin, des personnes d’Estonie, d’Israël, de Pologne, du Portugal et de la Turquie sont venues suivre des formations de formateurs.

Actuellement, plus de 700 formateurs ont été instruits à cette approche à travers toute l’Europe. Ceux-ci ont permis à environ 8’000 personnes malades et proches de participer à ce programme. Selon les pays et les régions, Apprendre à vivre avec le cancer© est soutenu par les associations d’infirmières, par les Ligues contre le cancer, par les hôpitaux ou par divers sponsors.

Une belle aventure qui se poursuit au-delà des contraintes financières et politiques des différents pays européens. Les infirmières ont en effet su faire preuve de créativité et de persévérance pour proposer ces groupes aux personnes malades et à leurs proches malgré les limites et les restrictions auxquelles elles ont été soumises, pour traduire le matériel, souvent de manière bénévole, et permettre la diversité d’une part et l’accessibilité d’autre part.

History of a Legend EONS